A+ R A-

Signature de la Convention de financement entre l’Union européenne et le gouvernement du Burundi pour l’appui au processus électoral 2015

Inauguration de l’hôpital de district de Gihofi par le Président de la République du Burundi son excellence Monsieur Pierre NKURUNZIZA et remise des équipements médicaux à dix centres de santé.

Le Vendredi 25 Avril 2014, son excellence le Président de la République du Burundi a inauguré l’hôpital de GIHOFI. Cet Hôpital a été construit sur les fonds de l’Union Européenne via le Programme PPCDR (Programme Post Conflit de Développement Rural) et équipé par le projet AMAGARA MEZA.  L’hôpital de GIHOFI a été construit suivant les normes d’architecture hospitalière. Il est équipé de 171 lits et a été construit avec un budget de 3,7 milliards de francs burundais. Il a été équipé pour une valeur de 800 millions de francs burundais. Avec ces équipements médicaux, l’hôpital de Gihofi va offrir le paquet d’activités complet : médecine interne, gynécologie obstétrique, néonatologie, pédiatrie, chirurgie, laboratoire, imagerie (radiologie standard, écographie). Dans ce même cadre, cet hôpital a bénéficié de l’eau et de l’électricité, ce qui améliore sensiblement les conditions de travail dans cette structure.

 

Figure 1 : Coupure du Ruban lors de l’inauguration de l’hôpital de GIHOFI. De gauche à droite, L’Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne au Burundi,  Son excellence  le président de la République  du Burundi  et Madame la ministre de la santé  publique

et de la lutte contre le SIDA

 

Dans son discours, le président de la république du Burundi a rappelé que cet hôpital ainsi que ses équipements médicaux ont été disponibles grâce aux bonnes relations diplomatiques qui existent entre le Burundi et l’Union Européenne.  Il en a profité pour remercier ces partenaires du développement. 

Figure 3 : Son excellence le Président de la République du Burundi prononçant le discours de circonstance.

Il a également souligné que la construction de tels hôpitaux de district s’inscrit dans la droite ligne de la politique du gouvernement burundais de promouvoir la bonne santé de la population burundaise par un accès facile aux soins de santé.

Dans son allocution, l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne au Burundi  a rappelé que l’Union Européenne, premier partenaire du Burundi en matière de développement, continuera à appuyer le Burundi dans les secteurs clés comme la lutte contre la  malnutrition, l’accès aux services sociaux, l’emploi des jeunes et l’accès aux services essentiels. Comme il l’a indiqué, cet hôpital de district de  Gihofi constitue un symbole de la coopération durable entre le Burundi et l’Union Européenne.

Figure 4 : L’Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne lors de son allocution.

L’inauguration de l’hôpital de district de Gihofi a été aussi une occasion de remettre des équipements médicaux complets pour faire démarrer 10 centres de santé répartis dans 8 provinces du pays de la zone d’intervention du projet AMAGARA MEZA. Cet équipement a une valeur de près de 380 millions de francs burundais.

 

 

« Faire savoir », tel est le maître mot de la formation portant sur la communication et la visibilité des actions de l’Union Européenne dans le cadre du Fonds Européen de Développement (FED).  Du 20 au 26 Mai 2014,  une vingtaine de cadres relevant de la cellule d’appui à l’Ordonnateur Nationale du FED (CELON), de projets FED et des ministères techniques a participé à cette formation dont le but est d’amener les projets et programmes du FED au BURUNDI à communiquer leurs réalisations à la population.

Cet atelier de formation s’est déroulé à l’Hôtel le Chandelier de Bujumbura et était animée par un expert international en communication et visibilité des projets européens recruté à cet effet. 
Sous forme de séances de travaux théoriques et pratiques, cette formation visait à développer les connaissances en « communication et visibilité » des acteurs de la coopération entre  l’Union Européenne et le Burundi. 

Un module spécifique a été dispensé à 14 journalistes  burundais du 27 et 28 Mai. Ce module a consisté en un rappel des textes relatifs aux fondements de la coopération  entre l’Union Européenne et le Burundi, de même que l’approche des principes de déontologie professionnelle et d’autorégulation des médias. 
En marge de cette formation, il a été organisé du 30 au 31 Mai 2014, à l’intention des journalistes, une visite guidée dans trois provinces du pays (Gitega, Rutana et Bururi). L’objectif cette visite était de présenter aux journalistes certaines des réalisations qui ont été financées par l’Union Européenne. A la fin de la formation  de chaque  groupe, des certificats de participation ont été délivré à tous les participants. 

Dans le cadre de l’appui au processus électoral burundais de l’an 2015, le Ministre des Finances et de la planification du Développement Economique et Ordonnateur National du FED,  Hon. Tabu Abdallah MANIRAKIZA et  l’Ambassadeur chef de Délégation de l’Union Européenne au Burundi, M. Patrick SPIRLET ont solennellement signé la Convention de Financement du Projet d’Appui au Cycle Electoral de 2015 (PACE 2015) le 19 Janvier 2015. Des Ambassadeurs des Etats membres de l’Union Européenne, le représentant résident du PNUD, le président de la CENI et d’autres hautes personnalités ont également participé à cette cérémonie.

Fig1 : l’Ambassadeur chef de Délégation de l’Union Européenne au Burundi, M. Patrick SPIRLET et le Ministre des Finances et de la planification du Développement Economique, Hon. Tabu Abdallah MANIRAKIZA échangeant le document de Convention de Financement Signé par les deux parties.

Cette contribution au financement de ce nouveau projet à hauteur de 8 millions d’euros confirme la détermination de l’Union Européenne (UE)  à soutenir de façon très significative le cycle électoral de 2015. Elle représente en effet, la principale contribution financière au fonds commun du PACE 2015 dont le montant total s’élève actuellement à 15 millions d’euros.     Ce fond commun sera géré par le Programme des Nations Unies pour le Développement(PNUD)  et va assurer le financement du processus électoral dont la mise en œuvre est de la responsabilité de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

L’objectif général du PACE 2015  est d’apporter une contribution déterminante à la réalisation des élections présidentielles, législatives, sénatoriales, communales et collinaires  qui auront lieu au cours de l’année 2015 et ce conformément à la constitution du Burundi et aux standards internationaux reconnus.  Le projet vise donc à appuyer le caractère libre, juste et transparent des scrutins afin de renforcer la légitimité démocratique des institutions et de contribuer à la sortie de l’état de fragilité du pays.

En addition au PACE 2015,  il y a eu depuis un certain temps, la mobilisation d’une assistance technique/ stratégique à Délégation de l’union Européenne, ses Etats Membres et au Gouvernement du Burundi sur financement de la facilité de coopération technique (FCT). Cette assistance technique est déjà à l’œuvre actuellement. Elle a pour mission d’appuyer les différents acteurs engagés (CENI, Organisations de la Société Civile, Médias, Missions d’Observations Electorales de l’Union Européenne et des Nations Unies) en concertation avec l’équipe déployée par le PNUD. L’assistance met à la disposition des différents acteurs engagés dans le suivi et la réalisation du cycle électoral 2015, une expertise européenne en matière d’administration et de gestion du cycle électoral. Elle assure aussi la circulation de l’information et la complémentarité des activités financées hors et sur le fonds commun géré par le PNUD.

 

 

 

 

Le 16 décembre 2014, s’est tenue à Rumonge, la cérémonie d’inauguration du bureau communal de Rumonge et de clôture officielle des activités du PABG « Gutwaraneza ». Cette cérémonie a vu la participation  de tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce projet. Les secrétaires permanents aux ministères de l’intérieur et de la justice, l’Ambassadeur Chef de Délégation de l’Union Européenne au Burundi, le directeur de la CELON, les gouverneurs des provinces Bururi et Gitega et la directrice générale de la justice ont entre autres rehaussé de leur présence, cette cérémonie d’inauguration.

 

 

Fig1 : Une vue des participants à la cérémonie d’inauguration, lors de la coupure du ruban symbolique de l’ouverture du bureau communal. De gauche à droite, le Secrétaire permanent au ministère de l’intérieur, l'Ambassadeur chef de la Délégation de l'Union Européenne au Burundi  et le gouverneur de la Province Bururi.

Dans les discours prononcés par les différents intervenants, un accent particulier a été mis sur les grandes réalisations dans les trois principaux secteurs d’intervention du programme que sont la justice, la décentralisation et le secteur foncier.

Pour ce qui est du secteur de la justice, le programme a contribué au renforcement de la justice de proximité. Dans ce contexte, les activités suivantes ont été réalisées :

 L’appui au centre de formation professionnelle de la justice ;

  - La formation des magistrats et des agents de l’ordre judiciaire ;

 L’appui à l’encadrement des tribunaux de résidence par les tribunaux de grande instance ;

 -  La représentation du Ministère public dans les audiences pénales des tribunaux de résidence ;

 - La déconcentration de  la gestion des ressources financières des tribunaux de résidence ;                                

- Le renforcement des services de l’inspection de la justice et l’appui au service statistique,

Le programme a également favorisé l’accès à la justice avec l’installation de neuf(9) services juridiques intercommunaux et la vulgarisation du droit en particuliers dans le domaine foncier.

Le programme a  aussi construit et/ou réhabilité 55 tribunaux de résidence.

 

Concernant le secteur de la décentralisation, le programme « Gutwara Neza » a  contribué à l’élaboration du cadre législatif et réglementaire de la décentralisation.  Dans cette optique, le projet de loi sur la fiscalité communale essentiel à l’autonomie financière des communes, le décret sur l’intercommunalité et le décret portant règlement de la comptabilité communale ont été élaborés.

Le programme a également apporté un appui considérable au ministère de  l’intérieur dans ses missions d’appui conseil aux communes et de contrôle de la légalité de leurs actes.

Afin de renforcer la décentralisation, plusieurs autres activités ont été réalisées via le programme « GutwaraNeza » :

 -  Dans le cadre de la convention d’appui conseil, le programme a contribué à la réorganisation comptable et fiscale des communes de la zone d’intervention. Des manuels de procédures ont été développés et diffusés à l’ensemble des communes du pays par le biais des formations organisées par l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) ;

 L’acquisition d’un logiciel comptable et fiscal et d’un logiciel de gestion de l’état civil a  contribué à l’amélioration de la qualité de la gestion des données ;

 Des formations ont été dispensées aux  agents communaux pour améliorer leur efficacité de travail ;

- Une assistance à la maîtrise d’ouvrage communale a permis au Ministère de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation (MEBSEMFPA) de confier aux communes de la zone d’intervention du programme la construction de 129 écoles représentant un investissement de plus de 8 milliards de francs  Burundais.

- Le programme a également construit ou réhabilité 60 bureaux communaux.

 

 

Fig2 : Une vue du bâtiment du bureau communal de Rumonge.

 

Au niveau du secteur foncier, le programme a participé aux travaux préparatoires du nouveau code foncier, à l’installation de 14 services fonciers communaux et à l’enregistrement cadastral de plus de 25.000 hectares de terres domaniales.

Dans le prolongement de l’appui au secteur foncier,  le projet d’amélioration de la gestion et de la gouvernance foncière a été initié et a débuté ses activités en novembre 2014. Ce projet va généraliser l’expérience d’inventaire et d’enregistrement cadastral des terres domaniales initié dans 14 communes par le PABG à l’ensemble du pays.

Les cérémonies ont été clôturées par la remise des cadeaux,  en signe de remerciement, au Régisseur du Programme Gutwara Neza et à la Délégation de l’Union Européenne par le Président du Conseil Communal de Rumonge.